DU COTE DES SENIORS …

Seniors_1

Bien sûr, on n’aime pas y réfléchir trop longtemps à l’avance, mais quand arrive le moment ou l’autono­mie est mise à mal pour diverses raisons physiques, ou psychiques, qu’il n’est plus possible pour un senior de vivre chez lui, parce que même la solution des soins à domicile devient caduque, alors se pose la question du vivre en Maison de Repos. Encore faut-il qu’elle soit accueillante et que l’on s’y sente bien. Mais au fait quelle Maison de Repos pourrait nous accueillir ?

Hélas, à Lasne il n’existe aujour­d’hui que deux Maisons de Repos, toutes deux privées, et l’une d’entre elles projette de se replier sur Wavre, avec ses résidents bien sûr, mais quand même. Pour ces résidents, comment vont se gérer les rencontres avec l’époux survivant, si c’est encore le cas, ou avec leurs enfants, avec leur ancien voisin qui venait leur rendre visite de temps en temps ? Autant de situations à gérer qu’il y a de cas différents. Et changer éventuellement de Maison de Repos pour rester à Lasne est illusoire, déjà qu’il y a des listes d’attente qui s’allongent.

Et là nous nous tournons vers les autorités communales et celles du CPAS. Nous avons un CPAS flambant neuf, mais qui n’a pas de Maison de Repos dans une commune où les seniors représentent environ 40 % de la population. Quand on sait, de surcroit que la dotation versée par la commune au CPAS n’a plus augmenté depuis 9 ans, il y aurait peut-être lieu de réfléchir à des solutions concrètes pour éviter que nos seniors qui choisissent à un moment donné, le plus souvent parce qu’ils y sont contraints pour leur santé, de rentrer en Maison de Repos, ne soient obligés de quitter la commune où ils ont vécu le plus souvent une grande partie de leur vie. L’ALL a déjà proposé la création d’une Maison de Repos financée partiellement par le CPAS. Peut être en concertation avec d’autres communes limitrophes ? Un peu de créativité que diable. La situation ne peut pas rester telle qu’elle est aujourd’hui et surtout telle qu’elle sera demain, après le départ de l’une des deux Maisons de Repos établies sur la commune. Il appartient au politique de trouver des solutions acceptables pour nos ainés. Qu’on se le dise et surtout… qu’on agisse !

Liliane Maloens

Membre du CCCA

(Conseil consultatif communal des Ainés)