L’ÉTAT DES FINANCES COMMUNALES

Les prévisions du budget ordinaire 2018 s’établissent à 16.659.000 euros en recettes et 16.258.000 euros en dépenses ce qui dégage un bénéfice prévisionnel de  401.000 euros. Fort bien, mais par rapport à 2017, les prévisions de dépenses augmentent de 3,7 % tandis que celles des recettes diminuent de 0.9 %, ce qui représente un gap prévisionnel entre recettes et dépenses de 4,6 %. Et sur 16.659.000 euros, 4,6 % cela représente 766.000 euros, soit près du double du bénéfice attendu pour 2018.  Autrement exprimé, si ces prévisions s’avèrent exactes et si le trend des recettes et dépenses pour 2019 reste le même, le budget de l’an prochain s’affichera en  déséquilibre. C’est un risque à ne pas prendre car dans un tel scénario, la seule mesure correctrice possible serait d’augmenter les taxes communales. Or le MR de Lasne n’en veut pas davantage que nous. L’ALL a toujours prôné la rigueur dans la tenue des budgets, ainsi qu’une fiscalité basse.

D’où émanent les risques ? De la croissance trop élevée des Frais généraux. Les Frais de Personnel qui ont crû de 36,1 % sur les 6 dernières années, ainsi que, dans une moindre mesure, les Frais de fonctionnement qui ont connu une croissance de 19,8 % sur la même période. Pourtant la mise en place, dès le début 2015, d’une Commission Finances axée sur la problématique de la croissance trop élevée des Frais de Personnel, réclamée par l’Alternative libérale lasnoise et appuyée par l’opposition et certains conseillers de la majorité, avait porté ses fruits : leur croissance pour 2017 ne devrait pas dépasser le 1 % (chiffres toujours provisoires en février 2018), ce qui dénote un réel effort de compression, compte tenu de l’augmentation automatique de nombreux postes, tels que l’indexation des salaires par exemple. Cette rigueur ne fut hélas pas la même en Frais de fonctionnement, qui ont crû de 14,2 % en un an, ce qui n’est pas tenable sur le long terme. Or pour 2018 la croissance prévisionnelle des Frais de Personnel s’élève à 3,8 %, tandis que celle des Frais de fonctionnement s’établit à 1,05 %.

Tel que nous l’avons clairement exprimé en Conseil communal, une rigueur dans les Frais généraux s’avère dès à présent indispensable si la commune veut maintenir la fiscalité communale  au niveau de ce qu’elle est aujourd’hui. Et l’on voit mal la majorité annoncer une augmentation des taxes pour l’année suivante, à la veille des élections communales. La rigueur s’imposera donc, dès cette année, à moins qu’une manne céleste ne tombe sur la commune en cours d’année. Avec les retards d’enrôlement de la Région, tout est toujours possible. N’empêche qu’il ne faut jamais jouer avec le feu. Une saine gestion des Frais généraux s’impose et il est urgent que le Collège en prenne pleinement conscience.

Edouard Capaert

Conseiller communal

Membre de la Commission Finances