Synthèse des travaux de la Commission Finances qui s’est réunie le 31 août 2016

octobre 20th, 2016   •   no comments   

Edouard Capaert était présent.

Cette réunion avait pour ordre du jour le suivi et l’analyse de la croissance des frais de personnel de l’Administration communale. Elle faisait suite à plusieurs réunions axées sur le même sujet qui s’étaient tenues durant le 4e trimestre 2015 et la dernière en janvier 2016. Rappelons que c’est à la suite de l’inquiétude formulée en Conseil communal par l’ALL dans le courant 2015, et appuyée par un conseiller de la majorité, que la Commission Finances a entrepris cette analyse des frais de personnel de l’Administration communale.

La croissance des frais de personnel a été de 18,3 % entre 2015 et 2012. Si l’on remonte à 2010, elle atteint même 36,3 %. Pour parvenir à une analyse approfondie des causes, la Commission a demandé au Directeur général de faire analyser les chiffres, agent par agent, service par service et fonction par fonction. Ce travail a duré plusieurs mois car il n’avait jamais été réalisé par le passé. Au final, l’analyse est instructive et révèle une multitude de causes. Citons les principales :

  • une augmentation assez sensible des effectifs, jugée nécessaire par l’extension des tâches ;
  • la revalorisation des barèmes, décidée par la Région Wallonne, et imposée aux communes ;
  • le vieillissement moyen du personnel communal, ce qui entraine des augmentations barémiques dues aux annales ;
  • un absentéisme de longue durée de plusieurs agents, toujours rémunérés, mais non actifs.

La Commission a longuement attiré l’attention du Directeur Général, du Directeur Financier, ainsi que de l’Echevin des Finances et du Bourgmestre, sur l’impérieuse nécessité de réduire drastiquement cette croissance pour les années à venir, en réduisant ou stoppant les engagements ou en étudiant d’autres solutions palliatives pour arriver à l’endiguer. Et d’avertir, chiffres à l’appui, que les finances communales ne seront plus à même de supporter pareille croissance dans les deux à trois ans à venir.

L’ALL s’est réjoui de l’engagement des autorités communales d’aller en ce sens, mais a toutefois regretté que leurs intentions ne soient pas mieux structurées et qu’elles ne fassent l’objet d’aucun échéancier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *